Florence BOUVRY

florence.bouvry@gmail.com

 

Recherche

Au regard du champ artistique contemporain mes recherches et mes installations récentes m’inscrivent dans un terrain des Sciences Humaines (Sociologie- Anthropologie- Ethnologie), expérimental, attentif aux faits de sociétés.
Citoyenne du monde, consciente des dérégulations dues à la mondialisation je propose une réflexion sur le statut de l’homme face au chaos.
Depuis dix ans j’ai entrepris une recherche anthropologique dans ma pratique artistique qui questionne l’environnement et la place du politique dans le corps social. Dans cette recherche anthropologique contemporaine je travaille la relation de l’homme avec son espace, son environnement et le monde.

 

Installations et expositions

2014 – Labyrinthe (s)

Florence_Bouvry_Labyrinthe_2014_1Florence_Bouvry_Labyrinthe_2014_2Florence_Bouvry_Labyrinthe_2014_3

 

 

 

 

Umberto Eco, dans La ligne et le labyrinthe parle de notre monde comme un labyrinthe en « rhizome » ou « labyrinthe hermétique », un réseau entrelacé et infini de voies dans lequel tout point est connecté à divers autres points mais où rien n’empêche l’instauration, entre deux nœuds, de nouvelles liaisons, même entre ceux qui n’étaient pas reliés avant.

Chaque route peut être la bonne. Le rhizome doit être le lieu de conjectures, de choix, de hasards, d’hypothèses personnels et globaux qui doivent être continuellement reposés, car une structure en rhizome change sans cesse de forme.

 

2013 – Illusion(s)- Simulacre(s)

Florence_Bouvry_Illusions_Simulacres_2013_1Jeu de rôle créé par Pierre Rosenthal où tout un chacun peut jouer dans n’importe quel univers. Les règles de ces « univers-machinations infernales » sont érigées, dirigées par nos dirigeants.

« Le secret des grands politiques fut de savoir que le pouvoir n’existe pas. Qu’il n’est qu’un espace perspectif de simulation, comme le fut celui, pictural, de la Renaissance, et que si le pouvoir séduit, c’est justement […] parce qu’il est simulacre. » Jean Baudrillard, Oublier Foucault, Galilée, Auvers-sur-Oise, 1977

« Le simulacre n’est jamais ce qui cache la vérité – c’est la vérité qui cache qu’il n’y en a pas. Le simulacre est vrai. » Jean Baudrillard, Simulacres et simulation, Galilée, Paris, 1981

 

2012 – Échec et Mat à Minerve

Florence_Bouvry_Echec_et_mat_2012L’expression échec et mat vient du persan as-sāh māt, « le roi est sans défense , il est invité à se rendre ».

Le village de Minerve est le lieu où furent décimés les Cathares, assoiffés par le Duc de Montfort. Sur le principe de l’armée de terre cuite de Chine de King Xi Wang entre 300 et 200 avant notre ère, j’ai décidé d’installer sur une piste – échiquier d’une armée composée de plus de 150 bouteilles anthropomorphes décapitées qui évoquent les cathares morts de soif. Cette installation est placée vers les remparts d’où l’on peut apercevoir la réplique de la catapulte qui a permis la victoire au Duc de Montfort.

Cette armée de bouteilles – anthropomorphes symbolise aussi le combat de l’eau pour tous, d’une justice pour tous dans notre humanité contemporaine. Mais on ne saurait manquer de constater la diversité des pratiques de justice d’une région ou d’un pays à l’autre.

 

2012 – La dernière bataille

Florence_Bouvry_Derniere_bataille_2012En référence aux barques sacrées égyptiennes symboliques d’une âme éternelle, «passeurs» vers un monde meilleur. Les frêles embarcations des pays assoiffés partent à l’assaut de l’armada des pays « surdéveloppés ». Chacune d’entre-elles est messagère d’une prière, d’une incantation, d’un poème, d’un mot invoquant un monde meilleur dénonçant le gaspillage de l’or bleu.

 

2011 – Vanités du 21ème siècle

Florence_Bouvry_Vanites_2011_1Florence_Bouvry_Vanites_2011_2Depuis l’Antiquité, les vanités memento mori sont les mémoires de la condition humaine.

Si les vanités médiévales soulignaient la brièveté de la vie et donc l’inutilité des biens terrestres, les vanités de notre société du spectacle évoquent désormais les totalitarismes et l’explosion dommageable de la société de consommation.

Métaphores de l’atomisation du spirituel – du culturel, d’une terre mondialisée gangrenée par l’avidité des sociétés occidentales. Symboles de l’impuissance voire du refus des sociétés occidentales à contenir les désastres écologique, inégalitaires… Ces vanités cristallisent le vide de sens d’une civilisation mercantile qui s’égare dans sa soif de pouvoir, de contrôle.

 

2011 – Paysages éphémères des anthropoïdes du Somail

Florence_Bouvry_Paysages_du_Somail_2011 Cette installation-événement célèbre le paysage transitoire et vernaculaire -propre au pays- du Somail tout en soulignant la valeur sociale et historique de l’espace public comme lieu de rencontre. Ces oculi -miroirs circulaires- réfléchissent la cosmogonie du Pays: escale des nautoniers, halte des voyageurs, orage violent, soleil radieux en un instant se dissipe le paysage…

Cette installation in situ fait de ce paysage un « monument ». Le paysage perçu par les sens (la vue, l’odorat, l’ouïe), à la surface de la terre n’est autre que l’expression artialisée de la combinaison entre la nature, les techniques et la culture des hommes. Le processus d’artialisation montre comment le regard paysager est une construction culturelle, historiquement datable et explicable.

Notre projet s’inscrit dans une volonté d’offrir une vision renouvelée d’un lieu touristique pour y découvrir de nouveaux aspects ; d’amener le public à (re)prendre conscience de l’environnement dans lequel il se trouve, de s’arrêter pour observer. Simplement générer un regard neuf.

 

2010 – Yourte des Mémoires Languedociennes

Florence_Bouvry_Yourte_2010_1Florence_Bouvry_Yourte_2010_2« Temple » dédié à l’écoute des mémoires languedociennes sur le principe du kiosque à musique, autrefois lieu de rencontre, d’échanges et de vie.

Faisant référence aux traditions tibétaines, les drapeaux aux couleurs des quatre éléments (eau, air, terre, feu) sont imprimés de mots et d’images qui remémorent les mémoires languedociennes. Le souffle de l’air leur insuffle la vie. Les mémoires ainsi ré-animées bruissent se dispersent au vent. Installée sur le domaine St Jacques d’Albas à Laure Minervois, La yourte des mémoires languedociennes commémore ce territoire traversé par les pèlerins, « Les migrants ».

Les migrations ont accompagné toute l’histoire de l’humanité. Les migrants / pèlerins évoluant entre un « ici » et un « ailleurs » intègrent à leur vécu les sensibilités des sociétés qu’ils quittent et celles qui l’accueillent. Autant dire que les mémoires et identités migrantes reconfigurent la carte des échanges entre les humains.

 

Expositions au SoiXante AdaDa: Ainsi va le monde, Ophélie Estève / Florence Bouvry

Les adhérents

Posts created 243

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut